17 mai 2008

Se lever pour se recoucher

« Les autres sentent la douceur d’un contentement et de la prospérité ; je la sens ainsi qu’eux, mais ce n’est pas en passant et glissant. (…) Ils jouissent les autres plaisirs comme ils font celui du sommeil, sans les connaître. À cette fin que le dormir même ne m’échappât ainsi stupidement, j’ai autrefois trouvé bon qu’on me le troublât pour que je l’entrevisse. » Montaigne, Essais, III, 13 « De l’expérience » (PUF/Quadrige, Villey-Saulnier, p. 1112)
Posté par Dendropogon à 11:05 - - Commentaires [18] - Permalien [#]